• 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6
  • 7
  • 8

Tradition & Coutumes

La Côte d'Ivoire regroupe une soixantaine d'ethnies (Malinké, Sénoufo, Lobi, Dan, Krou, Baoulé, Akan...) qui toutes possèdent de riches coutumes et de multiples rites initiatiques. Sur le plan artistique, ces ethnies, en particulier les Dan et Baoulé, ont produit des masques et statues d'une rare beauté, qui figurent aujourd'hui parmi les oeuvres les plus cotées du marché de l'art africain. Hormis les Malinké et les Dioula, convertis à l'islam, la plupart sont animistes, c'est-à-dire vénèrent un dieu unique présent dans l'ensemble de l'univers, mais de façon diffuse. Aussi les cultes s'appuient sur une série d'intermédiaires plus concrêts, génies, ancêtres, dieux secondaires, pour en capter les influences bénéfiques et pour écarter les puissances du mal. Il faut assister à des cérémonies initiatiques et fêtes rituelles, ponctuées de danses au son des tams-tams, flûtes, balafons et calebasses, comme par exemple les rites du Poro chez les Sénoufo ou la danse des Echassiers en pays Yacouba. Les fêtes traditionnelles peuvent être liées aux récoltes (fête des ignames), à l'initiation d'une classe d'âge, à l'occasion de funérailles, etc. Chaque ethnie possède ses propres traditions, et par conséquent ses fêtes, dont le calendrier est assez variable. En matière de coutumes, les villages de la brousse obéissent à une organisation sociale très stricte. Chaque individu trouve sa place dans une série de liens familiaux et esprit de clan. A l'intérieur de ces cellules, la solidarité entre les membres, la soumission au chef et le respect des tabous sont des règles absolues. Aussi le visiteur ne rentre pas dans un village, et encore moins dans une maison, sans y avoir été invité par le chef du village avec lequel il aura pris contact au préalable, de préférence par l'intermédiaire d'un guide.

Partager nos articles